Droit des affaires

Bilan, BFR, trésorerie… maîtrisez votre comptabilité

Besoin en fonds de roulement
Avatar
Rédigé par La rédaction

En tant qu’entrepreneur, les termes trésorerie, besoin en fonds de roulement, résultat fiscal, charges déductibles ou opérations comptables ne vous évoquent rien en particulier ? Dans ce cas, il serait temps d’y remédier ! En effet, en tant que chef d’entreprise, il est crucial de maîtriser votre comptabilité et d’être sensibilisé à la gestion de la trésorerie. Pour combler vos lacunes, une formation peut être envisagée. En outre, faire appel à un expert-comptable est également une solution à ne pas négliger.

Besoin en fonds de roulement, bilan, résultat fiscal : pour maîtriser votre compatibilité, une formation peut vous aider

Pour définir avec précision votre besoin en fonds de roulement, mais aussi pour tenir vos comptes annuels, saisir vos opérations comptables et mieux comprendre le fonctionnement de la trésorerie de votre entreprise, une formation sur deux jours spécialement imaginée pour les entrepreneurs peut vous aider. Ces enseignements vous proposent d’acquérir certaines connaissances essentielles, notamment les obligations comptables d’un chef d’entreprise, ou l’écriture des opérations les plus courantes.

Que vous soyez à la tête d’une société ou porteur d’un projet de création d’entreprise, cette formation visant à maîtriser votre comptabilité et à établir votre besoin en fonds de roulement vous apporte de nombreux avantages.

 

Une formation en comptabilité, pour être sensibilisé à la trésorerie de l’entreprise

Tous les acteurs d’une entreprise, qu’il s’agisse de son chef, du gérant ou du président, ainsi que les créateurs de société ont besoin d’être sensibilisés au fonctionnement de la trésorerie d’une entreprise. Cette notion définit les sommes d’argent qu’une entreprise peut mobiliser immédiatement, c’est-à-dire la différence entre les actifs et les dettes.

La pérennisation d’une telle structure repose essentiellement sur une bonne gestion des ressources, ainsi que sur la compréhension du besoin en fonds de roulement, ou BFR, et une tenue de compte efficace. La formation sur deux jours pour les non-comptables aborde ces différents sujets, qui sont centraux pour les entrepreneurs.

 

Se former, pour acquérir une meilleure vision de sa comptabilité

En tant qu’entrepreneur, vous vous questionnez peut-être quant à l’intérêt de savoir lire un livre de comptes, ou de saisir des opérations comptables courantes. Eh bien, en apprenant le langage comptable, vous bénéficiez d’une bien meilleure vision sur l’état financier de votre entreprise. En outre, il vous sera possible d’intervenir efficacement et de façon pertinente sur les questions relatives au budget. Enfin, une formation en comptabilité vous propose d’acquérir une plus grande crédibilité auprès de vos collaborateurs, mais aussi auprès des fournisseurs.

 

Tenir la comptabilité de son entreprise en interne : bonne ou mauvaise idée ?

Comprendre le fonctionnement de la trésorerie d’une entreprise, connaître vos obligations légales et savoir définir votre besoin en fonds de roulement sont autant de compétences indispensables, pour mieux maîtriser votre comptabilité. D’ailleurs, nombreux sont les entrepreneurs qui décident de gérer eux-mêmes l’aspect comptable de leur société.

Il convient pour cela de faire preuve de rigueur. Dans ce cas, diverses missions incombent au chef d’entreprise, comme le classement et la numérotation des pièces comptables, ou la mise à jour des livres de compte. Alors, est-ce vraiment une bonne idée de gérer seul sa comptabilité et son besoin en fonds de roulement en interne ?

 

Tenir sa comptabilité en interne : une solution moins onéreuse

Les petites entreprises qui ne disposent pas de la trésorerie nécessaire peuvent opter pour une gestion en interne de leur comptabilité. En effet, cette solution est bien moins onéreuse que l’intervention d’un expert-comptable. Il faudra toutefois envisager l’achat d’un logiciel de comptabilité adapté aux besoins de la structure, de façon à gagner du temps dans la saisie et l’enregistrement des pièces comptables. Le site entreprise-et-compagnie.fr vous donne plus d’informations au sujet de ces outils.

 

Tenir soi-même sa comptabilité : une tâche chronophage

Nous l’avons dit précédemment, tenir la comptabilité de son entreprise nécessite de disposer de connaissances solides, et donc de se former en amont. Précisons également que lorsque le gérant d’une société prend en charge la gestion de sa comptabilité, il consacre forcément moins de temps aux activités de son entreprise. Voilà qui pourrait avoir des conséquences sur le long terme.

 

Tenir sa comptabilité en interne : l’augmentation du risque

La comptabilité d’une entreprise, sa trésorerie et son besoin en fonds de roulement font l’objet de règles strictes. En effet, le domaine comptable est encadré par une réglementation qui concerne toutes les sociétés, et dont il n’est pas possible de déroger. Cela implique des compétences particulières, ainsi qu’une mise à jour de ses connaissances.

En optant pour une gestion en interne, la comptabilité ne pourra pas être vérifiée par un professionnel, augmentant ainsi les risques de fraude comptable pour l’entreprise.

 

L’expert-comptable : son intervention n’est pas obligatoire, mais vivement recommandée

L’expert-comptable peut intervenir dans l’entreprise pour des missions ponctuelles diverses et variées, comme la définition du besoin en fonds de roulement, la surveillance comptable, ou encore l’établissement des comptes annuels. En outre, ce professionnel peut également endosser l’ensemble des tâches comptables de l’entreprise, mais aussi certaines missions d’ordre fiscal ou juridique. Dans ce cas, l’ensemble de la comptabilité est pris en charge par lui. Pour en savoir plus concernant les missions de l’expert-comptable, rendez-vous ici.

A propos

Avatar

La rédaction

Chez Libre de Droit, nous sommes une rédactions de journalistes passionnés par le droit et l'économie. Nous tentons de vous préparer chaque semaine de nouveaux articles consacrés au droit de la famille, au droit du travail, au droit pénal, au droit fiscal et au droit des affaires.

Laissez un commentaire